Université du Temps Libre - Lille

Plus d'informations pour les adhérents connectés Cliquez moi !

Federico García Lorca à New York : ou l’étranger en perte d’identité et déraciné dans le ‘Nouveau monde’
Jocelyne AUBÉ-BOURLIGUEUX
Professeure émérite en littérature espagnole moderne et contemporaine à l'Université de Nantes

VNA

11/04/2023 14:30


Avant même d'être parti quelques temps plus tard pour les États-Unis, Federico García Lorca semble traverser en 1929 une crise personnelle vitale et créatrice qui le poussera bientôt vers d’autres rives inconnues de lui, dans le seul but de s’échapper loin de l’Espagne. Et c’est impulsé par une nécessité alliée à sa curiosité naturelle de découvrir des horizons inconnus, mais non sans réticences et réserves, que le poète de Grenade décidera de s'embarquer vers le « Nouveau Monde », au début de l'été 1929.
Officiellement parti sur le continent américain pour quelques mois, avec le faux prétexte de « perfectionner son anglais », l’auteur y restera un an avant de s’embarquer pour Cuba. Il s’y retrouvera brutalement confronté à la « cyclopéenne » ville de New York, dans laquelle il errera en quête d’une nouvelle identité humaine et artistique : terrible expérience de l’être en perte de repères, et en proie à une désorientation source d'une totale remise en cause aux maintes conséquences humaines et créatrices. Mais aussi dégoût-rejet d’un univers hostile et déshumanisé à ses yeux qui lui donnera, néanmoins, l'occasion d'écrire l'une de ses plus grandes œuvres poétiques à caractère « surréaliste », « Poeta en Nueva York » (Poète à New York).